Eglise

L’une des plus belles églises du Léon sur le circuit des Enclos Paroissiaux.

L’église Notre Dame de BODILIS.
Visite libre toute l’année.
Visite guidée en juillet et en août
.


Sur le chemin des Enclos Paroissiaux :

Planté sur les hauteurs du plateau du Léon, ” le monumental clocher de BODILIS ” attire l’œil du voyageur à des kilomètres à la ronde. Il signale l’un des plus beaux enclos paroissial du Léon. L’église, datée de 1567, son remarquable porche sud, ses retables baroques richement ornés et ses poutres sculptées parmi les plus belles de Bretagne, notamment, ont su émerveiller les voyageurs du X1Xème siècle et intéresser les historiens du XXème. Nous laisserons-nous toucher par leurs charmes injustement méconnus ?
Forts de la Foire annuelle ” Saint Mathieu “, octroyée en 1429 par Jean V, Duc de Bretagne, et des importants pardons de l’Ascension et du 15 août, les paroissiens de cette trève de PLOUGAR, témoigneront de leur richesse et de leur foi en construisant, agrandissant et embellissant l’enclos paroissial Notre-Dame de BODILIS, tout au long de l’âge d’or de la Bretagne (XVIème et XVIIème siècles).

Ainsi, à l’ancienne église, jugée sans doute trop modeste et dont il ne reste rien, succède en 1567, l’édifice actuel. Il ne faut que trois ans pour ériger le clocher de 41 mètres, dernière flèche de style gothique normand du Léon, inspirée probablement de Notre-Dame du Mur à MORLAIX, Notre-Dame du Kreisker à SAINT-POL-DE-LEON ou Notre-Dame de Lambader à PLOUVORN…

Le porche de Bodilis, daté de 1601, est parmi les plus complets et les plus originaux du Léon”. Sur la façade renaissance, la kersantite gris antracite des colonnes et des statues, alterne harmonieusement avec le granit, plus clair. De part et d’autre de l’entrée, la Vierge Marie et l’Archange Gabriel se répondent ; au-dessus, dans le fronton, sur un croissant de lune, une Vierge à l’Enfant couronnée accueille le visiteur.


Sous le porche, épargné par le temps et la Révolution, siègent encore les douze Apôtres, là où siégeaient autrefois les douze membres du conseil de fabrique, qui était chargé de l’embellissement et de l’entretien de l’église.


Le soubassement portant la galerie des Apôtres est une des œuvres les plus vigoureuses et les plus pittoresques de la Renaissance bretonne. Des panneaux rectangulaires décorés de volutes et de visages grimaçants sont séparés par des colonnes aux sujets les plus incongrus : un homme et une femme serpents enlacés, un visage précolombien sur des pattes de rapaces, une femme-aigle au collier de fleurs…


La restauration de la charpente (2000-2002) permet aujourd’hui de découvrir la richesse extraordinaire des multiples sculptures des sablières ” les plus remarquables par le nombre et la variété des sujets représentés ” des entraits à engoulants, des blochets, des culots de poinçon (diverses pièces de bois constituant une charpente). Scènes mythologiques et bibliques, sujets profanes et sacrés s’y entremêlent étrangement. Licornes et lions tirent des attelages, des gueules béantes s’apprêtent à dévorer des hommes et des femmes aux pieds de bouc, des anges portent les instruments de la passion ou les plaies du Christ, la Vierge Marie, enceinte de Jésus, rend visite à Elisabeth, bientôt mère de Jean-Baptiste, etc…

(1) Le Finistère monumental, Louis Le Guennec
(2) Jean Le Gloaziou
(3) La Renaissance en France, Falustre

Les magnifiques retables.

La fontaine de la vierge noire.

Les Calvaires :
14 calvaires répertoriés dans l’Atlas des Croix et des Calvaires du Finistère, se trouvent disséminés sur le territoire de la commune de Bodilis.

L’Association pour la Promotion des Enclos Paroissiaux de la Vallée de l’Elorn (APEVE) a pour vocation de mieux faire connaître ce patrimoine exceptionnel. Une brochure est en vente en mairie… voir…